Mon avis sur le nouveau crédit du FMI accordé au Cameroun.

Le Fonds monétaire international (FMI) vient d’accorder un crédit de 666,2 millions de dollars au Cameroun, en échange d’un programme économique à mener sur trois ans pour redresser une économie mise à mal beaucoup plus par la corruption généralisée que par la chute des prix pétroliers.

Les flux financiers du Cameroun entre 1970 et 2008 ont atteint 5,789 milliards de FCFA, selon une étude réalisée par le programme Global Financial Integrity (GIF) du Center for International Policy, publiée en 2010. Ces estimations ont été revues à la hausse en 2011 à 10,000 milliards de FCFA grâce aux travaux de mon ami Léonce Ndikumana et de son collègue James K. Boyce, deux brillants économistes de l’University of Massachusetts Amherst, dans leur ouvrage à succès Africa’s Odious Debts: How foreign loans and capital flight bled a continent. GIF a utilisé le modèle de la Banque mondiale et de la Direction de statistique commerciale du FMI pour calculer ces fuites. Si on tient compte des flux concernant les services et des manques existants (y compris les intérêts bancaires) dans ce chiffrage, la note est plus salée pour le pays.

Les autorités camerounaises ont récemment engagé une série d’activités de recouvrement des avoirs volés afin d’aider au redécollage économique du pays. Des missions d’études ont été menées et des rapports ont été envoyés à la hiérarchie. Il fallait continuer à pousser dans cette direction maintenant qu’il existe des mécanismes internationaux (comme la Loi Lex Duvalier) pouvant nous aider. La voie du FMI est sans issue et va augmenter les souffrances des Camerounais au regard des conditionnalités associées à ce crédit à travers plusieurs mesures d’élargissement de l’assiette fiscale ! Le camp de l’immobilisme a encore gagné, dommage !

Public Procurement Reforms in Africa: Why goPRS is Important?

Many African countries have made the fight against corruption and improving governments a priority.  Tremendous progress has been made since those countries ratified the United Nations Convention against Corruption (UNCAC) in 2003.

The Convention against Corruption has been the foundation upon which Africans have built strong laws, regulations and procedures that have enhanced our ability to manage our government resources and money.  Some countries have met the requirements of UNCAC. Some have not…!

In public procurement, some African countries have met the initial requirements and recommendations of UNCAC by establishing rules and procedures addressing, for example:

  1. Objective, unbiased decision making
  2. Publication of procurement opportunities
  3. Establishment and publication of qualification and award qualification prior to issuing solicitation
  4. Removal of all obstacles to equal participation in solicitation opportunities
  5. Specifications that clearly define requirements and are not biased toward any particular vendor
  6. Conflicts of interest, signed declarations of interest and prohibition from participation
  7. Confidential information

In addition, violation of the provisions of the national public procurement acts is considered a crime subject to incarceration and fines.  Civil violations may result in disbarment of the vendor and termination of the government employee’s employment. Trainings have provided to government employees, potential vendors and the general public.  Civil parties have been included on evaluation teams.  Vendors may appeal decisions and review meaningful review of their complaints.

Is there room for improvement?  YES.  Is there need for more assistance in these areas?  YES.

The reality is, however, that with all their efforts, corruption as measured by Transparency International has not appreciably decreased as a result in Africa.  With all the rules, procedures and training required by UNCAC  and with all that have been added by countries, the odds of getting caught are still small compared to the benefits of fraudulent gain – remember according to the United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) it is 100’s of billions of dollars.

Although review of contracts over certain monetary thresholds may be effective, only the tip of the iceberg is uncovered.  The mass of corruption is where it can’t be seen.  More troubling, with limited resources, review thresholds are raised and even fewer contracts are actually reviewed before award.  This has happened everywhere in Africa!

What I would like to draw your attention on as a reader of this piece of work is ACCOUNTABILITY:  Corruption and fraud thrive and prosper when there is no meaningful accountability.  Were the required procedures followed?  transparent? objective?  fair? unbiased?  Are our vendors qualified?  Are they real or phantoms?  Do our specifications bias a particular vendor?  Splitting of tenders justified?  Sole source contracts justified?  Evaluations conducted in accordance with pre-established criteria?  The questions go on and on.

The sheer volume of transactions involved in public procurement makes it difficult to prevent and detect corruption as it occurs on case-by-case basis.  According to UNODC, procurement is 15-30% of the Gross Domestic Product of most nations.  Of this, 20-25% of total public contract value is lost to corruption each year.  A loss of 100’s of billions of dollars.

We cannot fool ourselves.  Corruption has and will always exist.  We must do all we can to prevent it.  Information technology has expanded our options.

Information technology provides a major weapon in the fight against corruption.  It is not new, but it is new to government procurement.  It has been used by others with tremendous success.  For example, if I try to use my credit card downstairs at the book store.  Denied.  Why?  Not because of lack of funds but because it triggers an unusual pattern of behavior alert.  It raises a red flag that further investigation is necessary.

The Public Procurement Review Software (goPRS[1]) will do this for public procurement as well. goPRS is a suite of software packages that enable centralized regulatory authorities to oversee and monitor procurement solicitations and contract awards carried out by decentralized ministries, departments, and agencies to ensure that government expenditures are within approved budget limits, as planned and in accordance with the due process requirements of law. Through the early detection irregularities and suspicious patterns or behaviors, goPRS assists regulatory bodies in the prevention and detection of public procurement corruption. As a real-time data based system, goPRS allow countries to make sense of seemingly random data.  It provides greater accountability.  It sends the message that someone is watching.

Its Intelligence package is an evidence-based tool that collects and analyzes data on patterns of offenses related to a public procurement process to provide solid and actionable evidence of possible corruption and its nature.  It is designed to gather and analyze historic data to determine what led to fraud, waste and abuse.  What were the early warning signs?  Could we have stopped it earlier?  Could we have stopped it before the contract was awarded?  Did we have to wait until the contract had failed, the money is gone, the vendor has disappeared, and the citizens are denied the benefits of the project intended for them?

In 10 years we will be amazed how we ever thought we could curb corruption without information technology.  But we will remember that it started with goPRS and in Africa!



[1] See http://goprs.unodc.org/goprs/en/goprs-suite.html

La prévention de la corruption dans le cadre des marchés publics au Cameroun : Nos exigences pour une ARMP forte !

La prévention de la corruption dans le cadre des marchés publics parait la solution la mieux adaptée pour la lutte contre la corruption dans notre pays. D’après la Commission nationale anti-corruption (CONAC), le taux de corruption dans ce domaine au Cameroun est de 75%. Ceux-ci ont une importance économique considérable au Cameroun et représentent une part significative du PIB national. À cet égard, les principes de transparence et de concurrence équitable et efficace gardent toute leur pertinence.

Compte tenu de l’importance des fonds publics qui transitent par les marchés publics, la corruption dans ce secteur est de nature à affecter la qualité des infrastructures par le renchérissement des coûts et de priver l’Etat de ressources qui auraient pu servir à financer d’autres secteurs d’activités. Pour cette raison, la passation de ces marchés n’a pas échappé au processus de réformes tendant à s’adapter pour mieux faire face aux pratiques déviantes, y compris corruptrices. Au Cameroun, celle-ci est actuellement régie par le décret n°2004/275 du 24 septembre 2004 portant code des marchés publics.

De 1989 à 2011, près de 20 modifications substantielles des règlements dans ce secteur ont eu lieu, suivies, en 2001, du décret n°2001/048 du 23 février 2001 portant création, organisation et fonctionnement de l’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP), en 2004, du décret n°2004/275 du 24 septembre 2004, portant Code des marchés publics… et finalement, le décret n°2011/408 du 09 décembre 2011, portant création du Ministère des Marchés Publics, placé sous l’autorité de Ministres Délégués à la Présidence de la République, une configuration dans la gestion de la commande publique aussi atypique et propre au Cameroun.

La création de l’ARMP en 2001, puis la publication du Code des Marchés Publics en 2004 avaient pour objectif majeur la contribution à l’implémentation progressive et formelle des mécanismes de suivi, de contrôle et de prévention de la corruption. Notre analyse se focalisera donc sur cette institution (et non sur le Ministère des Marchés Publics) qui peut aider à prévenir la corruption dans notre pays, si ses contraintes institutionnelles, opérationnelles et techniques sont résolues.

Les différentes dispositions règlementaires susmentionnées traduisent en soi la persistance des pratiques corruptrices que ces réformes successives avaient pour objectif d’endiguer. Les pratiques les plus répandues portent sur le recours abusif aux procédures dérogatoires. D’exception, le gré à gré (la fameuse 4,9 !) est devenu la règle dans la passation des marchés dans notre pays. L’urgence qui pouvait légalement justifier le recours à la procédure a été souvent invoquée par certaines administrations pour des travaux qui pourtant ont été planifiés de longue date. Les agences, à l’égard desquelles l’applicabilité du code des marchés était incertaine, ont recouru à des procédures dérogatoires, en particulier au gré à gré, bien que bénéficiant de fonds publics. Certains marchés sont attribués avant même le lancement des appels d’offres.

Dans d’autres cas, bien que des fonds publics aient été engagés, le marché n’a jamais été exécuté. Le système de la taupe est une pratique courante dans la passation des marchés publics. Certains soumissionnaires disposent ainsi au sein des commissions d’attribution des marchés de complices qui les informent des soumissions des concurrents. Des cas de concussion sont également relevés, certaines administrations réclamant aux  soumissionnaires des sommes d’argent non prévues par le code des marchés publics, dont la destination reste inconnue. A cela, il convient d’ajouter le fait que certains marchés sont préfinancés en flagrante violation du code des marchés, qui  exige  l’existence préalable de fonds suffisants.

La corruption, y compris dans les marchés publics, est l’une des grosses pesanteurs sur le développement des affaires au Cameroun, C’est d’ailleurs la principale conclusion du récent forum économique franco-camerounais tenu à Paris le 31 janvier 2013 lors de la visite du Président Biya en France. Lors de ces échanges, le Président a promis la poursuite des réformes vers le chemin de la gouvernance et l’accélération de la lutte contre la corruption qui plombe l’économie nationale.

Les règlements élaborés ou en cours d’élaboration par le gouvernements camerounais sont complétés par toute une série d’ajouts d’ordre législatif et institutionnel, pour tenir compte de l’évolution du problème de la corruption dans la commande publique, tout en adoptant les standards internationaux comme, par exemple, la Loi type du secrétariat de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI) sur la passation des marchés de biens, de travaux et de services.

L’ex-directeur général de l’ARMP, Jean Jacques Ndoudoumou, aurait été viré pour des fautes de gestion. Il a affirmé le contraire (voir son interview sur camer.be[1]). J’ai tendance á croire que ce monsieur est un honnête homme à qui l’on a demandé de gérer une structure complexe, avec des outils inappropriés. Sa faute, s’il faut lui en trouver, est sans doute de l’avoir accepté sans broncher !

L’efficacité de l’ARMP a une incidence significative sur l’efficience de l’usage des fonds publics et, plus généralement, sur la confiance du public dans le gouvernement et la bonne gestion des affaires publiques. L’obtention d’une bonne efficacité économique, la collecte et la gestion de l’information et de l’intelligence relatives aux cas de corruption, la maitrise de la traçabilité des fonds alloués aux projets structurants nationaux, l’accès du public à l’information relative aux marchés publics, et des chances équitables pour les fournisseurs de concourir, sont autant de défis que n’a pas pu relever l’ARMP sous Ndoudoumou (et si on ne fait pas attention, il en sera de même avec la nouvelle équipe dirigeante, même avec le soutien technique et les fonds coréens !)

Il faut espérer que les Coréens proposeront des outils adéquats qui couvrent les principales étapes de la procédure de passation des marchés publics, avec une possibilité pour les ministères, les départements et les agences de soumettre en ligne une demande d’une commande publique à l’ARMP pour examen et approbation. Dans ce cas, l’agence aura immédiatement accès à l’information soumise, réduisant le temps nécessaire pour répondre aux nombreuses requêtes. Le souhait est que les outils coréens intègreront aussi d’autres outils (comme la mercuriale, la base de données des entreprises nationales et/ou fournisseurs de services, la base de données des institutions nationales publiques et parapubliques, l’ensemble des projets nationaux et leurs budgets annuels associés votés par l’Assemblée nationale, etc.) utiles pour la surveillance en temps réel de l’exécution et du contrôle des marchés publics et des délégations de service public, de faciliter des procédures d’audits indépendants, de procéder au règlement non juridictionnel des litiges nés à l’occasion de la passation de ces marchés et des délégations de service public, ou de faciliter des enquêtes en cas de violation des règles de concurrence, dans le cadre de la passation et de l’exécution des marchés publics, délégations de service public et contrats de partenariat.

Voici nos exigences citoyennes pour la nouvelle ARMP !