La transformation digitale au service du développement : Initiatives globales, Stratégies nationales !

La transformation digitale désigne les changements associés à l’intégration des innovations technologiques dans tous les aspects de la société humaine. Le professeur et académicien français, Michel Serres, évoque même la digitalisation comme « la troisième révolution anthropologique majeure », preuve de son importance sur la société actuelle.

En Août 2015, 193 pays se sont accordés dans le cadre de l’ONU pour fixer 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). Leur but était de renforcer la paix dans le monde, éliminer la pauvreté et lutter contre la dégradation de la planète.

Ce nouveau référentiel international a été voté et partagé par les gouvernements, les ONGs et les entreprises. Il lance, de fait, une série d’initiatives pour la mise en œuvre de 17 objectifs. Ces derniers sont ambitieux : ils visent à éradiquer la pauvreté, lutter contre la faim, réduire les inégalités et préserver la planète.

Réunis en Assemblée Générale, les Etats membres de l’ONU ont donné leur feu vert le 31 mai 2018 à la réforme proposée par le Secrétaire général (SG), António Guterres, afin que le système de développement des Nations Unies apporte des résultats plus concrets pour les individus et soit plus rentable pour leurs contributeurs.

La réforme met l’accent sur l’appropriation par les pays, la responsabilité et les résultats pour guider le système de développement des Nations Unies à chaque étape du processus avec notamment la mise en œuvre effective, dès le 1er janvier 2019, des Objectifs de développement durable (ODD) pour tous, partout dans le monde – avec pour but principal l’éradication de la pauvreté.

Dans chaque domaine de développement identifié à travers les ODD, les innovations technologiques peuvent apporter une valeur ajoutée substantielle. D’où la vision du SG de l’ONU déclinée à travers sa stratégie en matière d’innovations technologiques publiée en septembre 2018 dont l’objectif est d’établir la manière dont l’organisation mondiale encouragera l’utilisation de ces technologies en vue d’accélérer la réalisation du programme de développement durable à l’horizon 2030, et simplifier sa mise en adéquation avec les valeurs inscrites dans la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme et les normes et règles du droit international.

S’appuyant sur les multiples efforts et initiatives mis en œuvre par de nombreuses parties des Nations Unies, en particulier ceux entrepris au niveau des pays, 4 objets stratégiques sont fixés. Ceux-ci associent la participation et l’appui d’acteurs externes et l’adoption de mesures internes visant à permettre à l’organisation de mieux connaître et utiliser les nouvelles technologies et à favoriser la mise en place d’un système fondé sur l’apprentissage, l’innovation et l’esprit d’entreprise.

Quatre engagements stratégiques ont été pris par Monsieur Guterres : a) renforcer les capacités internes de l’ONU et favoriser la familiarisation avec les nouvelles technologies; b) augmenter la compréhension, le plaidoyer et le dialogue autour des nouvelles technologies; c) soutenir les échanges sur les cadres normatifs et de coopération; et d) intensifier l’appui du système des Nations Unies aux efforts nationaux de développement des capacités.

Il y a cinq ans, à la demande de Mme Atefeh Riazi, l’Assistante du Secrétaire Général de l’ONU en charge des innovations technologiques, j’avais coordonné un travail de réflexion sur l’architecture technologique du futur pour l’ONU. Ce travail a bénéficié de la contribution d’une centaine d’experts mondiaux.

Madame Riazi vient de réunir à Glen Cove, une ville des États-Unis située sur la côte Nord de Long Island dans l’État de New York (comté de Nassau)., une vingtaine d’experts pour réfléchir sur la mise en œuvre de cette stratégie dont elle est en partie responsable. Pendant une semaine, nous avions discuté des modalités de mise en œuvre de la politique d’innovation technologique au sein de l’ONU, mais aussi et surtout à travers les activités d’assistance technique aux Etats membres.

Deux processus complexes qui s’appuient sur des artefacts théoriques des piliers du cadrage stratégique technologique (connu sous son appellation anglo-saxonne de Business-IT Strategic Alignment) qui aide à formuler des orientations pérennes (au sein d’une entreprise, pour le développement national ou dans la société) et de fixer des objectifs propres à assurer les adaptations rendues indispensables par les innovations technologiques et leurs impacts sur ces environnements des mutations sociétales, institutionnelles, réglementaires, organisationnelles, etc. Ces orientations sont généralement disponibles dans des documents nationaux multisectoriels.

Quelle politique d’innovation technologique pour les pays africains ? Quelques éléments de réflexion à partir du don présidentiel au Cameroun d’ordinateurs PB Hev.

Les nouveaux modèles de croissance économique placent l’innovation technologique au cœur du développement. Cette dernière est un levier du progrès social et un générateur de richesses dans les pays développés (pays de l’OCDE et nouveaux pays émergents). Comme la plupart des pays d’Afrique au Sud du Sahara, le Cameroun s’est lancé dans la voie de l’émergence, à l’horizon 2035, avec une économie forte, diversifiée, compétitive, caractérisée aussi par une intégration effective à l’économie mondiale.

Mais comment les pays Africains en général et le Cameroun en particulier, peuvent relever les différents défis de la mondialisation dont le principal est la croissance économique sans résoudre la question de la politique d’innovation technologique ?

Il y a aujourd’hui deux écoles de pensée sur la politique d’innovation technologique à adopter par les pays africains. La première école de pensée estime qu’il faut absolument éviter en Afrique des investissements de prestige comme on l’a fait dans les années 70. Au Cameroun, les spécialistes de cette école citent les cas des entreprises comme la Camair ou la Cellucam, dont les Camerounais étaient et continuent d’être fiers, alors que ce sont des “éléphants blancs”. Ces spécialistes estiment que le Cameroun a appris des éléphants blancs. Ils estiment que certains pays, notamment le Rwanda ou la Guinée Équatoriale, font aujourd’hui des choses que le Cameroun a faites en 1970 et ne peut plus refaire : des investissements de prestige non économiquement rentables.

La deuxième école de pensée estime que les Africains doivent intégrer l’innovation technologique dans le processus de développement national. L’innovation technologique étant définie comme le processus de la genèse, dans une société donnée, de nouveaux produits et de nouveaux procédés de fabrication et de méthodes organisationnelles de production. Je fais partie de cette dernière école de pensée.

En parcourant le DSCE et le document « Vision 2035 », l’on s’aperçoit que l’innovation technologique est abordée de manière sommaire. En outre, les projets de société de certains partis politiques en lice pour l’élection présidentielle de 2018 proposent quelques pistes qui méritent davantage de réflexions. Tout ceci est préjudiciable à la compétitivité de l’économie nationale qui doit innover si elle veut tirer son épingle du jeu dans les échanges internationaux et promouvoir sa croissance. La philosophie politique et les politiques économiques élaborées ces dernières années n’intègrent pas suffisamment et clairement, à mon avis, l’innovation technologique dans le processus de développement du pays.

En effet, l’activité industrielle et technologique camerounaise est caractérisée par une atonie aussi bien structurelle que conjoncturelle. Au lendemain de l’accès à l’indépendance, le Cameroun élabore une matrice d’actions économiques dont l’issue débouche sur la définition d’une politique industrielle soutenue par trois piliers : a) la réduction des importations par la politique d’import substitution en favorisant la production locale dans la limite des compétences ; b) la transformation des ressources naturelles afin de créer de la valeur ajoutée ; c) l’intervention massive de l’État pour le financement de l’industrie embryonnaire du pays. La récession mondiale des années 80, qui a entraîné la chute brutale des cours des matières premières, a empêché la réalisation du Plan directeur de l’industrialisation du Cameroun de 1987. L’intervention du FMI dans le redressement et la stabilisation des finances publiques, à travers l’instauration des plans d’ajustement structurel, a plombé toute tentative de développement industriel.

Il faut comprendre qu’en l’absence de moyens nationaux d’innover, l’option d’importer les technologies dont le Cameroun a besoin semble être pour certains le moyen de rattraper le retard que le pays accuse. Et c’est là la source des interrogations de l’opinion nationale et sa demande d’installation des unités de montage (ou de fabrication) des ordinateurs à travers ces débats ubuesques sur le don présidentiel d’ordinateurs PB Hev qui ont récemment animé les réseaux sociaux et les studios de télévisions nationales.

Quand l’on parle du transfert de technologies entre les pays du Nord et les pays du Sud, l’on a tendance à oublier les dimensions économiques et géostratégiques d’un tel transfert. Développer de nouvelles technologies demande des investissements et il va de soi que ces investissements doivent être rentabilisés. Ces projets sont non seulement politiquement corrects, mais aussi techniquement et financièrement réalisables dès lors que leur soutenabilité et les erreurs du passé sont maîtrisées.

Dans l’impossibilité de se doter d’une politique d’innovation technologique nationale, les pays africains sont obligés de subir les diktats commerciaux qui leur sont imposés par les détenteurs de ces technologies. Les projets d’infrastructure querellés au Cameroun par exemple, dans lesquels la Chine finance et construit des outils de haute technologie, mais importe toute la main d’œuvre, doivent être revisités. Aucune technologie ne peut être transférée sur ce modèle. Ceci justifie en partie les taux élevés de chômage et les déséquilibres criards dans nos balances commerciales, ainsi que les écarts de plus en plus prononcés entre le développement des pays du Nord, de l’Est asiatique et ceux du Sud.

Depuis un certain temps, nous lisons, ici et là, des réflexions savamment présentées, sur l’évolution de l’Afrique, plébiscitée comme le prochain continent émergent. La plupart des experts nous prédisent, pour les uns, qu’au cours des cinquante prochaines années, l’Afrique aura toutes les chances de réaliser son ambition de créer une zone économique dynamique, diversifiée et compétitive avec une évolution démographique supérieure à celle de la Chine ou de l’Inde, trois fois supérieure à celle de l’Europe, et pour les autres, que le potentiel en ressources naturelles du sous-sol de l’Afrique sera à l’origine d’investissements, et que des sociétés africaines pacifiées, stables et dynamiques ne connaîtront plus d’extrême pauvreté. Malheureusement, force est de constater que sans une politique d’innovation technologique ambitieuse, tout ceci ne sera qu’un doux rêve.

La quête pour le développement passe par la maîtrise des sciences et des technologies. C’est une autre facette de la lutte pour une indépendance réelle et effective, au même niveau que la problématique du franc CFA pour les pays d’Afrique francophone et les Comores. Autrement dit, c’est un combat pour s’affranchir de la tutelle infâme de l’Occident qui commence à étaler publiquement ses angoisses par rapport à l’arrivée d’un nouveau venu, la Chine, sur la scène africaine.

Cette dernière s’installe subrepticement dans nos contrées avec l’acquiescement coupable de nos dirigeants en manque d’imagination, et très souvent de vision. L’engouement, certes justifié, des dirigeants africains à embrasser la Chine sans conditions, sans stratégie apparente ouvre en même temps une fenêtre sur l’incroyable naïveté des Africains et leur niveau parfois résiduel et assez surprenant de la réalité et de la compréhension des enjeux géostratégiques du moment.

Les pays africains en général et le Cameroun en particulier, ne peuvent plus faire l’économie d’une réflexion stratégique sur l’innovation technologique au service du développement. La stratégie chinoise ne peut plus faire office de politique économique parce qu’elle ne permet pas de créer des emplois. Parce que le temps passant, elle prend la forme d’une nouvelle colonisation, et qu’au demeurant, ce partenariat ne débouche sur aucun transfert tangible de technologie. Or, c’est très précisément la maîtrise technologique qui nous permettra à terme de sortir de l’infernale spirale du sous-développement.

Kemi Seba, le franc CFA et le BitAfric !

Le président de l’ONG Urgences Panafricanistes, Kemi Seba, a été placé sous mandat de dépôt vendredi soir, à la prison centrale de Rebeuss, au terme d’une journée de garde à vue devant les enquêteurs de la Division des investigations criminelles. Il lui est reproché d’avoir brûlé un billet de 5000 FCFA lors d’un rassemblement, le 19 août à Dakar. Poursuivi pour avoir enfreint les dispositions du code pénal sénégalais, il encourt une peine de 5 à 10 ans de prison. Son procès va s’ouvrir ce 29 septembre 2017, mais en attendant l’affaire a enflammé la toile entre les soutiens et les détracteurs de celui qui fait désormais figure d’icône de la contestation du franc CFA en Afrique.

Le débat sur notre monnaie commune n’est pas nouveau. L’incarcération de Kemi Seba, constitue un épisode d’une polémique entre ses partisans et ses adversaires. Depuis l’indépendance des pays africains, plusieurs chercheurs ont analysé les problèmes de développement de nos pays. Pour expliquer les maux dont souffre l’Afrique, plusieurs ont identifié le rôle de facteurs exogènes. Des réflexions et actions ont été menées sur la responsabilité du système économique et monétaire africain dans la perpétuation du sous-développement.

Les Africains dénoncent le FCFA et la zone franc dont la gestion et les principes servent les intérêts français. En effet, la zone franc englobe donc aujourd’hui quinze pays dont huit pays d’Afrique de l’Ouest, six pays d’Afrique centrale et les Comores. C’est une organisation financière, monétaire et économique, dont le cœur est la France et l’instrument principal le franc CFA. Cette organisation, gérée par la France, s’appuie sur des institutions africaines : la BCEAO, la BEAC, et la BCC. Le système franc CFA est basé sur quatre grands principes : la centralisation des réserves de change au Trésor public français, la fixité de la parité franc CFA/euro, la libre convertibilité du franc CFA à l’euro, et la libre circulation des capitaux entre la France et les pays africains de la zone franc. A ces principes s’ajoute la participation française aux instances de direction des banques centrales africaines, pièce maîtresse du système CFA puisqu’elle garantit l’application sans faille des quatre principes précédemment cités.

Depuis des décennies, les Africains se battent pour changer la gouvernance de la zone franc. Certains en sont morts. Il est temps de changer de stratégies avec des solutions alternatives à cette problématique du FCFA. Puisque les crypto-monnaies (Bitcoin, Monero, Cash, ou Dash) et les technologies annexes qui gravitent autour sont en passe de bouleverser le secteur de la finance, pourquoi ne pas y investir tous nos derniers efforts pour contourner le FCFA ? Selon le dernier rapport du cabinet américain « Research and Markets », le marché mondial de la technologie des crypto-monnaies et du Blockchain enregistrera une croissance de 35,2% au cours de la période 2016-2022.

Adoptons le BitAfric dont la nature numérique se passera des banques centrales et des opérateurs financiers ! En effet, les transactions restent totalement anonymes, l’historique des transactions est assuré par le Blockchain, une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Le système BitAfric nous permettra aussi de supprimer une bonne partie du coût des transactions. Bien plus, les blocages suivants tant décriés seront levés : la question de souveraineté des États africains de la zone franc ; la libre convertibilité FCFA/euro et la libre circulation des capitaux ; la participation française à la gestion des banques centrales africaines, ou la centralisation des réserves de changes.

L’affaire Kemi Seba porte un mauvais coup à l’image du Sénégal car elle s’étend désormais au-delà des frontières de ce pays. Nous exhortons les autorités sénégalaises de le libérer. Activistes Africains et sympathisants du « Kemi Seba Challenge », arrêtez de brûler les billets de FCFA et de poster les images sur les réseaux sociaux. Engageons dès maintenant une réflexion sur la mise en œuvre du BitAfric. Car c’est ça le vrai combat !

EVIDENCE-BASED CRIME ANALYTICS

IMG_2768

I am invited as a guest speaker by the Polish Central Anti-corruption Bureau for a high level discussion with the national law enforcement community. Executives from various institutions are in attendance including the police force, border guards, internal security agency, intelligence agency, military intelligence service, military counterintelligence service, customs service, financial intelligence unit, and central anti-corruption bureau.

I am pleased to present our achievements on evidence-based advanced crime analytics. Technological advancements over the past decade are generating terabytes of digital information that in many cases is evidence central to solving organized crime and achieving prosecutions. Data and analytics are the heart of an intelligent approach towards organized crime.

But for many law enforcement agencies, having significantly more data to comb through and translate creates countless challenges for detection and prevention of criminal and terrorist activities.

We have been proposing to Member States evidence-based advanced crime analytics to assist them in the fight against organized crime.

We would like to maintain the lead in this informational arms race and today, our crime analytics (or “go” family products) are used in more than 146 countries in the last 16 years to combat crimes as diverse as money laundering, terrorism financing, drug smuggling, human trafficking, public procurement corruption, etc.